Pâte de coings

pâte de coings_1

Après avoir réalisé ma gelée de coings, j’ai regardé mes restes de fruits dans mon chinois et je ne sais pas pourquoi, l’instinct sûrement, je ne les ai pas tout de suite jetés… Et qu’est-ce que j’ai bien fait ! Car je n’avais pas lu la fin de la recette de gelée (ce qu’il ne faut jamais faire !!!), et il était noté qu’on pouvait utiliser les fruits pour faire de la pâte de coings !!! Je croyais devoir choisir entre les deux, eh bien non ! Du coup, j’ai vite réservé mes fruits et je suis partie dans la réalisation de cette fameuse de pâte de coings dont j’avais maintes fois entendu parler comme d’une galère à préparer… eh bien, je n’ai toujours pas compris pourquoi, parce que cette recette n’a rien de compliqué, il faut juste… attendre !

Je vous mets ici la recette complète, sans avoir réalisé la gelée au préalable, mais sinon, les fruits sont déjà cuits et c’est encore plus rapide !
De toutes les façons, je vous encourage vivement à faire les deux dans la foulée, ce serait dommage de perdre les fruits ou le jus !

pâte de coings_2

J’ai encore une fois suivi la recette de mon amie Isabelle du blog La cuisine d’ici et d’ISCA, je n’allais pas changer de source après avoir réussi ma première gelée !!

Temps de préparation : 15 min
Temps de cuisson : 1 h + 30 min
Temps de séchage : 4 à 6 jours

Ingrédients
(pour une cinquantaine de pâtes de coings)

1 kg de coings
1 l d’eau
1/2 gousse de vanille
le poids de chair mixée en sucre (ici 520 g)

Préparation

Le début de la recette est le même que pour la gelée (forcément, les deux sont liées !)
Bien nettoyer les coings en les brossant sous l’eau.
Les couper en 4 sans les éplucher, ni enlever les cœurs et les pépins qui contiennent de la pectine.
Verser les quartiers de coings dans une marmite en inox et les couvrir avec 1 l d’eau.
Porter à ébullition douce (d’abord 10 sur mon induction, puis baisser à 5-6 quand l’ébullition est atteinte) et laisser cuire à couvert pendant 1 h.
Ne surtout pas remuer pour éviter de troubler le jus qui servira à faire la gelée.
Filtrer le tout en passant au chinois sans presser, en laissant s’égoutter les quartiers de fruits pendant 15 min.

pâte de coings_4

Éplucher les fruits cuits égouttés, enlever le cœur et récupérer la chair.
La mixer pour obtenir une purée (au hachoir électrique pour moi).
La peser et ajouter la même quantité de sucre (pour moi 520 g de purée donc 520 g de sucre).
Mettre le tout dans une casserole. Ajouter la gousse de vanille fendue en ayant raclé les graines, et faire cuire 30 min à feu très doux (3 sur mon induction), en mélangeant bien avec une spatule en bois sinon ça attache !
Verser la préparation dans un cadre à pâtisserie réglé sur 15 x 18 cm, le tout placé sur une toile silicone ou du papier sulfurisé.

pâte de coings_5
Laisser sécher à l’air libre pendant 2-3 jours.
Démouler et couper en cubes.
Laisser encore sécher à l’air libre pendant 2-3 jours, en tournant les cubes une fois par jour.
Dès qu’ils ne collent plus au doigt, les rouler dans le sucre et conserver au frais dans une boîte pendant 3 mois maximum.

pâte de coings_6
Parfait pour des cadeaux gourmands !

pâte de coings_3

Quelques conseils…

Bien conserver le jus récupéré pour faire de la gelée de coings.

Attention à bien cuire la purée de coings à feu très doux et à bien remuer pour que ça n’attache pas !

Isabelle ne fait pas sécher aussi longtemps (1 nuit), elle les préfère plus moelleuses et sans sucre autour, nous plus proches des pâtes de fruit et enrobées de sucre, à vous de choisir !

*******

Pensez à vous abonner pour recevoir chaque jour mes nouvelles recettes par mail !
Vous pouvez aussi me suivre sur Facebook, Twitter et Pinterest

*******

Et maintenant… ma recette dans votre cuisine !

Les pâtes de coings de Marion du blog Marmotte cuisine !

Les pâtes de coings avec et sans sucre de Béatrice

pâte de coings Béatrice

Publicités

36 réflexions sur “Pâte de coings

  1. Alors la pâte de coing, j’adore! Ce sont les souvenirs d’enfance de Noël avec ma grand mère qui en faisait chaque année pour les 13 desserts en Provence! J’ en ai fait une fois, alors que j’avais hérité de quelques coings. Il va vraiment falloir que j’en dégote quelque part!
    La tienne est superbe on dirait une pro! 😉
    Bisous

    Aimé par 1 personne

  2. Alors comme ça, on ne lit pas les recettes jusqu’au bout ! Hihi, on l’a tous fait. Le pire, c’est quand on lit de travers ou que l’on zappe une étape.
    J’ai hâte de faire les miennes cette année aussi, normalement la première semaine de décembre. Je suivrai bien tous vos conseils à toi et à Isabelle, merci pour le partage !

    Aimé par 1 personne

  3. C’est comme ça que je fais!!!!, Cette année, par manque de temps, j’ai donné les 4kg de coing à ma soeur qui à la charge de faire la gelée et la pâte de coing à ma place…j’espère simplement qu’elle sera aussi bonne que la mienne, sinon promis l’année prochaine je reprends le relais 🙂
    bon week, bizz, isa

    Aimé par 1 personne

  4. Ma sœur en fait souvent ! moi je n’ai jamais testé .. je ne suis pas très très fan. j’en mange mais sans trop de plaisir ! en plus j’avais essayé des pâtes de fruits aux fruits rouges et c’était un total échec du coup je n’ai jamais recommencé !! Elles sont vraiment superbe les tiennes !! bravo à toi ma corinne !

    Aimé par 1 personne

  5. Splendides, magnifiques, merveilleux, j’adore ! Pourquoi n’ai-je pas eu l’idée d’utiliser un cadre ? Bon sang, mais c’est bien sûr : à employer la prochaine fois ! Faire ses pâtes de fruits, c’est excellent et c’est ultra économique !

    Aimé par 1 personne

  6. A la lecture de la recette, je ne voie (effectivement) pas pourquoi on dit que c’est compliqué, peut-être le temps de séchage qui affole, je ne sais pas… quoiqu’il en soit, tes pâtes de coing sont super belles, j’avoue que je pencherai plus pour la texture des tiennes.

    Aimé par 1 personne

  7. Bonjour,

    Y a un truc que je ne comprends pas.
    Vous commencez votre billet par un résumé de la recette de la gelée de coings. Très bien.
    Si je ne suis pas trop sot, ce résumé s’arrête à la phrase :
    «Filtrer le tout en passant au chinois sans presser, en laissant s’égoutter les quartiers de fruits pendant 15 min.»

    La situation est donc la suivante :
    – d’un côté, une casserole qui contient le jus qui deviendra, abracadabra, délicieuse gelée.
    – de l’autre côté, un chinois plein de la pulpe égouttée.

    Et là, on fait quoi ? On épluche les fruits restants et on enlève le cœur
    Diantre ! D’où viennent-ils donc ces fruits ?
    Et là, coquin ! Où sont passés le chinois et la pulpe ?

    Personnellement, je raconterai l’aventure comme çà :

    Que n’a-t-on mis ces fruits « restants » avec les premiers ? Ils seraient cuits, auraient donné leur jus et leur pulpe serait aussi dans le chinois.

    Et cette pulpe du chinois, qu’attend-on, non pas de la mixer, mais de la passer au moulin à légumes manuel, avec la grille fine qui va retenir les peaux, les pépins et les parties dures des cœurs.

    On pèse la purée obtenue et on lui ajoute le même poids de sucre. Le tout dans une bassine et la bassine sur le feu. Et on cuit et on touille tout le temps. Jusqu’à ce que la purée épaississe, devienne pâteuse à ne plus fermer la trace de la cuillère au fond de la bassine.
    (Si on a un thermomètre de cuisson, il indiquera 104°C à ce moment là).

    Alors, on étale dans un cadre et on laisse sécher jusqu’à ce que la gourmandise l’emporte et que l’on coupe un petit bout que l’on goûte sans sucre. Puis un autre petit bout que l’on goûte avec du sucre. Comme on n’est pas encore convaincu, on en prend un troisième petit plus gros bout !
    Et là, Dieu que c’est bon ! Encore un ? Sûr ? Oui… Non… Allez, le dernier… pour l’instant.

    « La gourmandise commence quand on n’a plus faim » (Alphonse Daudet)

    Au plaisir,
    Jean-Michel 71

    Aimé par 1 personne

    • Eh bien ! On peut dire que ma pâte de coings vous a inspiré une sacrée prose ! 😉 Vous avez raison Jean-Michel, ma formulation « fruits restants » n’était peut-être pas assez claire, j’ai modifié mon article en conséquence pour qu’il n’y ait plus aucune doute possible ! 🙂 Bonne soirée

      J'aime

  8. Tu as eu bien raison de ma jeter la chair de tes fruits !! Cela fait des années que je fait chaque de pair ma provision de gelée de coing et mes pâtes de coings pour Noêl. C’est mon régal… ce qui me murmure à l’oreille que Nôel est bientôt là !!
    Bisous !! 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s